Ça pique ! Guirane NDaw simmerge dans une eau à 8 degrés. Le Cryobain est un bassin réfrigéré mis au point par Philippe Daguillon, le kiné du FC Nantes. Le traitement par le froid favorise la récupération. Photo : Ludovic Failler / FC Nantes-fcnantes.com

Ça pique ! Guirane N'Daw s'immerge dans une eau à 8 degrés. Le Cryobain est un bassin réfrigéré mis au point par Philippe Daguillon, le kiné du FC Nantes. Le traitement par le froid favorise la récupération.

Le FC Nantes s’est doté d’un appareil flambant neuf pour améliorer la récupération de ses joueurs :le Cryobain, un outil co inventé par Philippe Daguillon, l’un des kinés du club.

À la Jonelière, tout corps plongé dans un liquide, surtout s’il est glacé, est forcément l’objet de tous les soins. La cryothérapie n’est pas une méthode révolutionnaire. « Les bains froids existaient déjà à l’Antiquité » précise Philippe Daguillon, kinésithérapeute du FC Nantes. L’appareil qu’il vient de mettre au point avec son ami Bernard Gaillard est en revanche high tech. L’idée a germé dans son esprit lors d’un stage de pré-saison en Autriche, sur les hauteurs de Reith Seefeld, où Jean-Claude Suaudeau avait emmené ses troupes. « Nous logions dans un établissement luxueux, doté d’une fosse d’eau froide. Les joueurs s’y immergeaient. Ils y allaient spontanément. »

Le Cryobain a un ancêtre, moins sophistiqué, mais beaucoup plus répandu : la poubelle. Remplie d’eau glacée. Un bain on the rocks dans lequel s’immerge le sportif jusqu’au bassin à la sortie de son effort. Une méthode initiée par les rugbymen de l’hémisphère sud. Le choc thermique a des vertus réparatrices. « Les effets sont en premier lieu bénéfiques en terme de récupération physique, mais aussi en cas de contusion, de phénomène inflammatoire, de saignement d’hématome » explique « Dag’» qui vante les vertus de son concept, ce dernier n’étant pas soumis aux contraintes liées à la poussée d’Archimède. Dans une poubelle inondée, les glaçons en suspension rafraîchissent la surface alors que le Cryobain offre « une température homogène. » Et saisissante donc. Entre 7 et 9 degrés, avec des immersions comprises entre trente secondes et une minute.

À Saint-Nazaire, le traditionnel bain du nouvel an est un rendez-vous incontournable pour quelques nageurs téméraires. Du côté de la Jonelière, on peut désormais croiser quotidiennement quelques Canaris givrés. La technique ne permet pas d’accélérer le processus de guérison. « Il ne faut pas raisonner en terme de temps mais en qualité de soins. C’est une réponse importante à un traitement simple, un outil supplémentaire dans un arsenal thérapeutique » poursuit le kiné nantais. La machine a fait son apparition à la Jonelière en novembre. Ivan Klasnic en est adepte. Pour mener à bien leur projet, Philippe Daguillon et Bernard Gaillard ont sollicité deux sociétés : la SAT, installée en Vendée, spécialisée dans la plasturgie et l’APEX, dans l’Yonne, qui fabrique les groupes réfrigérants.

Reste désormais à commercialiser l’appareil, dont le prix de lancement est fixé à 9 000 €. Le concepteur l’assure : « la machine est amortie en quatre ans. » Le marché convoité ? Les clubs professionnels de football bien sûr, mais aussi d’autres disciplines, comme le rugby, le handball ou le basket, dont les plus éminents représentants hexagonaux ont tous reçu la plaquette sur laquelle Jean-Jacques Pierre et Sylvain Armand s’immergent dans le Cryobain. Le fascicule a également été expédié Outre-Manche, puisque la Premier League est également dans le viseur. Au même titre que les Internationaux de France à Roland Garros.

Loïc FOLLIOT.
Photo : Ludovic Failler / FC Nantes-fcnantes.com